La Reine Leila .

Landolor, peuple monarchique est prétentieu et complètement nombrilliste... Ils ne pensent qu'à eux et leur fortune, leur beauté, leur pouvoir. Les nobles exploitent les pauvres, et ainsi vas la vie !

Modérateur: Maître de Jeu

La Reine Leila .

Messagepar Ex-Zirma » 22 Juil 2008, 00:22

La mort, le deuil, l'exile au refuge... et l'amour...

Cédric LeGrand, un nom voulant signifier tant de choses pour tant de personnes. Certains le craignent... Certains l'apprécient. Une chose demeure certaine, ce nom est synonyme d'honneur et de loyauté. Ce Landolor à l'histoire très longue, fit un serment d'allégeance à une personne tout aussi particulière.


«Jurez-moi, Cédric LeGrand, sur votre coeur et votre honneur, allégeance jusqu'à votre mort»



«Oui ma Reine, je vous le jure en mon nom et jusqu'à ma mort»


Le nouveau Chevalier pouvait dès lors galoper dans les rues de Tradenia et aider son peuple à devenir plus fort. Les têtes se retournaient pour voir ce premier LeGrand que le peuple pouvait appeler Sire... Enfin, Cédric pouvait bénéficier de ce pour quoi il s'était battu toute sa vie; le respect.

Il était maintenant dévoué nuit et jour au bien-être de sa Reine qui avait vu en lui toute la bonté de son coeur. Sa sécurité était si importante que Cédric alerta certain de ses hommes de partir à la recherche de Darius Orcastel; celui qui était devenu une menace pour Sa Majesté.



«Il me le faut... Mort ou vivant... Que ceci reste entre nous. La sécurité de Sa Majesté ne doit jamais être compromise. Jurez-moi sur votre honneur de ne pas manquer à votre tâche.»


Sans avoir plus de temps pour ses recherches, la tragédie qui heurta Profania eut lieu.

«Sire. Il vous faut quitter Tradenia... Une énorme lune touchera Profania d'ici peu!»

«Par Arian, la Reine et son peuple, je ne peux les laisser tel un lâche.»

Cedric alerta aussitôt la Reine qui lui demanda de veiller sur son peuple le temps de la crise et il fit selon la volonté de sa Reine.

«Ma reine... C’est à contrecœur que je dois vous quitter... Le général prendra soin de vous et de votre fils. Sur ma vie... Je vous promets de veiller sur votre peuple!»


C'est à ce moment que Cedric quitta la reine sans savoir s'ils allaient se revoir.
Les semaines tombaient, voir même des mois, sans trace de sa reine. C'est lorsqu'il perdit un peu foi qu'une silhouette familière apparut devant les yeux de chevalier...



«... Ma reine!»

«Shut.. Chevalier.. Chut ...»



Au refuge, elle avait exigé de l'homme qui l'avait reconnue, de la traiter comme une citoyenne, elle avait même dut le lui ordonner afin qu'il se soumette à sa demande.

Il avait refusé d'essayer de la renvoyer sous haute protection, il n'avait pu lui faire changer d'avis, donc à l'ordre reçu il prit aussitôt les choses en main et sans lui demander la permission, l'entraîna dans la petite tente en retrait :[/color]

«Ma.. Dame, vous dormirez ici et je veillerai l'entrée pour votre sécurité, il n'est nullement question que vous dormiez avec la populace du refuge.»


Et sans attendre, il se retourna et voulu sortir de la tente avant que sa Reine ne fasse objection, mais il ne fut pas assez rapide qu'elle lui répondit :


«Sire Legrand, comment expliquerez-vous ma présence dans votre lit et la votre au pied de celui ci ?»


Les deux jeunes gens parlaient doucement sans faire de bruit quand soudain des «êtres ailés» essayèrent d'entrer dans la tente et pointant du menton la Reine :


«Qui est-elle celle-là? On dirait la reine et tu te la caches Cedric?»

Bien sûr, Sire Cedric en contrôle ne broncha point, et la voix calme il rétorqua :


«Elle, la Reine! Voyons! Regardez-la bien...»

Et la Reine, voyant la situation se corser, approcha de Cedric, passant ses bras autour de son cou, se faisant mielleuse... puis dit :

«Bien curieux vous êtes... J'ai besoin de vous expliquer ma présence?» *et tout en faisant un clin d'oeil au gens menaçant, elle donna un baiser sur la joue de Cedric qui aussitôt se mit à rougir comme un collégien*

Les êtres amassés devant la porte, qui étaient plutôt menaçants, s'écroulèrent de rire aux dires de la dame, se tapant sur les cuisses et faisant des blagues oiseuses.. Puis sortirent ..

Malgré ses dires si désinvoltes, Cédric pouvait ressentir la tension que la Reine venait de vivre... Les bras encore autour de son cou, elle ne pouvait s'empêcher de trembler.


«Pardonnez mon geste... Je...devais réagir...»


Voyant sa faiblesse, il se retourna sans rien dire, la prit dans ses bras délicatement et la déposa sur le lit de fortune.

«Ne dites plus rien, vous avez bien fait. Reposez-vous je... je reste devant l'entrée de la tente...»


Bien sûr, l'histoire avait fait le tour du Refuge en un temps record, et les badauds fouinaient curieusement autour de la tente, si calme d'habitude. Un Orchillion lança même :


« HEY Legrand!! On peut se la partager, ta bonne femme?»


La tête dans l'oreiller, elle pouvait entendre les commentaires... Et elle savait que rien n’était gagné... Prenant son courage à deux mains, elle se leva et toucha le bras de Cédric.

«Entrez.. Nous... nous devons je pense passer outre les convenances.. J'ai confiance en vous.
Vu que cette tente n’a aucune porte... tous et chacun passeront sans arrêt devant..
Si nous voulons être crédibles.. Vous devrez partager ce lit.. *rougissante, mais le regard fier* chacun de notre coté nous auront assez de place.. et feront taire les langues prêtes à mordre..
Et feront en sorte que ma sécurité soit entière.. »


Ainsi débuta leur cohabitation...
Image
Ex-Zirma
 
Messages: 1800
Inscription: 21 Juil 2007, 00:12

Re: La Reine Leila .

Messagepar Cedric LeGrand, Landolor » 26 Juil 2008, 08:54

D'une belle écriture, l'on pouvait remarquer les traits particuliers de cette lettre. Une lettre destinée à une personne qui comptait beaucoup pour lui. Les choses, depuis plusieurs années, avaient changé énormément et cela était normal. Le temps avance et remet ce qu'il doit être remis à sa place. Nous faisons tous face à cette continuité logique de la vie. Toutes nos actions et nos paroles sont orientées vers des objectifs qui doivent nous faire évoluer et nous faire prendre conscience de qui nous sommes. Le chevalier écrivit cette lettre puisqu'elle résulte d'un point culminant de sa vie ; l'accomplissement. Il allait faire le tour d'un chapitre très important et il voulait se confier à sa moitié pour bien clore le passé pour avancer vers l'avant. Cette lettre débutait par ces mots ...

Pour vous, mon amour,

Il ne s'agit pas d'une lettre ayant comme objet une demande ou une confession particulière. J'écris simplement pour le plaisir de vous écrire parce que vous me manquez énormément. Bien que nos rencontres se fondent à des fréquences plus nombreuses, je dois dire qu'il est très difficile de ne pas agoniser lorsque je ne suis pas avec vous. Mon coeur brule .. vous me rendez heureux de vivre ma vie. Qui aurait cru que vous et moi allions vivre une histoire, qui débuta il y a quelques années, aussi intense qu'elle puisse être. Je peux vous assurer, ma douce, qu'aujourd'hui mon amour est honnête et pure comme elle l'a toujours été.

Nous étions dans ce refuge et vous me demandiez de vous traiter comme une Landolor bien ordinaire. J'ai découvert là non pas une reine voulant se faire voir comme une paysanne, mais une femme vraiment magnifique. Vos yeux étaient plus mystérieux que jamais et vous avez piqué ma curiosité. Nous avons eu de bonnes discussions et malgré nos points de vue je crois que nous nous sommes découverts mutuellement en valeur. Je n'ai pu m'empêcher de vous regarder .. ces nuits où je devais garder votre lit pour empêcher l'intrusion de ces vilains. Vous étiez belle ... allongé sur ce lit, vos cheveux soyeux .. Ho mon amour j'ai su dans ce refuge que j'allais vous aimer. Mon désir pour vous était énorme, mais je devais consoler ce désir que dans vos paroles. Il a été très difficile en tant qu'homme de vous fréquenter dans un cadre oral seulement. Je crois que cette longue attente a eu ses bénéfices, puisque maintenant je suis ici à vous parler d'amour.

Je me rappelle vos craintes quant à notre retour à Tradenia, vous aviez peur de ce que les gens allaient penser. J'ai également eu des craintes, car de ne pas vous voir me rendait fou. Vous êtes reine .. et moi chevalier, nos horaires divergent grandement puisque les mousquetaires ont besoins de moi. Je crois, belle fleur, que notre retour a été le plus grand des défis à surmonter. Je vous aimait déjà et vous aussi d'après vos saintes paroles, mais notre amour allait-il tenir à ce tragique retour à la vie de reine ? Vous avez aujourd'hui la réponse.

Malgré le temps passé sans un ou l'autre dans notre Tradenia, je savais que vous pensiez à moi et cette penser seul me donnait la force de continuer à croire en nous. J'apprends de jour en jour le sens de ce sentiment que j'ai en moi ; L'amour. Je me suis accroché à cela et je n'ai jamais trompé mon coeur d'une quelconque manière. Leila ma chéri, maintenant ce secret est insupportable. Nous avons le coeur gros comme rien ne peut exister et nous ne pouvons pas en parler à qui compte. Vous en conviendrez, c'est difficile. C'est autant plus difficile de ne pas pouvoir vous trouver toutes ces nuits passées dans votre chambre pour vous souhaité de beau rêve.

Par chance, vous nous avez libérés de cette agonie. Vous m'avez rendu plus heureux que jamais lorsque vous avez parlé de s'unir pour ne faire qu'un. Je crois que c'est ce dont j'avais le plus besoin en ce moment, ce dont nous avions le plus besoin. Unir nos amours devant Arian lui-même pour montrer à tous comment notre amour peut être puissant. Nous avons surmonté des années de secret et je suis en accord avec vous, il faut tourner cette page du chapitre de ces dernières années. Ouvrons un nouveau livre qui débutera par nous et qui ne se terminera jamais.

J'ai conscience, comme nous en avons parlé, de tout ce que cette union aura comme conséquence, mais s’il s'agit de la seule manière pour pouvoir être avec vous comme époux, alors je suis près à tous pour vous et votre peuple. Je serai digne de votre amour et je serai prêt à accepter la critique et à l'assumer.

Prenez cette lettre comme un souvenir du passé puisqu'à présent, mon amour, nous serons heureux devant tout le peuple.

Leila, ma reine,
je vous aime de tout mon coeur
Votre futur époux, votre homme pour la vie

Cedric LeGrand
signé d'une main accomplie
Cedric LeGrand, Landolor
 
Messages: 24
Inscription: 03 Aoû 2007, 17:13


Retourner vers Forum Landolor

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron